Hockey sur gazon Canada > Jeux du Commonwealth 2018 : le Canada s'incline à son premier match face à l'Australie

La gardienne canadienne Kaitlyn Williams brille dans un revers de 1-0 lors du match d’ouverture contre l’équipe hôte

Les Canadiennes étaient clairement les négligées, jeudi après-midi au Centre de hockey de Gold Coast, mais elles ont fait preuve de cran contre les Australiennes, classées cinquièmes au monde. L’entraîneur de la formation canadienne Giles Bonnet a indiqué qu’il y avait plusieurs éléments positifs à tirer de cette performance en vue de la suite du tournoi.

« Nous avons créé des occasions de qualité et obtenu des bonnes opportunités de marquer », a-t-il dit en entrevue après la défaite. « C’est encourageant à voir et c’est assurément quelque chose sur laquelle nous pouvons bâtir. »

SUIVEZ ÉQUIPE CANADA AUX JEUX DU COMMONWEALTH 2018

La formation dirigée par Bonnet a amorcé le match en jouant un peu sur les talons, mais après que les deux équipes se soient observées pendant le premier quart, le rythme du jeu s’est accéléré. Menée par Rachel Donohoe, Hannah Haughn et Natalie Sourisseau, l’équipe canadienne a affiché de l’intensité et a forcé le jeu à l’attaque.

Le Canada a encaissé un dur coup à la 13e minute de jeu du deuxième quart quand Donohoe s’est blessée à la cheville, la forçant à quitter le match. Ce n’est jamais facile de perdre les services d’une joueuse de premier plan, surtout une fabricante de jeu à l’attaque comme Donohoe, mais Bonnet a déclaré que l’équipe a bien fait pour retrouver sa concentration et revenir dans le moment présent.

« Nous étions inquiets pour Rachel, mais ce n’était pas quelque chose que nous pouvions contrôler et il n’y avait rien que nous pouvions y faire », a noté Bonnet. « Il fallait rester concentré sur la tâche à accomplir. »

Puis, au moment où il restait cinq minutes à jouer à la première mi-temps, l’Australie a frappé. Après qu’une tentative sur coup de coin de penalty eut dévié sur le bras d’une joueuse canadienne, Jodie Kenny s’est avancée et a brisé la glace à l’aide d’un but marqué sur un tir de pénalité. Elle a dirigé la balle dans le coin supérieur gauche.

Tirant de l’arrière par un but à la pause, le Canada a augmenté son niveau d’intensité d’un cran et a appliqué plus de pression en deuxième mi-temps. La gardienne canadienne Kaitlyn Williams s’est imposée devant le filet, y allant de plusieurs arrêts brillants en deuxième demie, pour ainsi garder le Canada à portée d’un revirement de situation.

Williams a déclaré que l’atmosphère était remarquable à l’occasion de cette soirée d’ouverture au Centre de hockey de Gold Coast et qu’elle n’a donc eu aucune difficulté à se motiver.

« C’est le genre de match que j’ai le plus hâte de disputer », a-t-elle dit. « Évidemment, nous aurions souhaité un autre résultat, mais c’est incroyable de jouer autant de spectateurs. »

Williams n’a rien donné en deuxième demie, réalisant plusieurs arrêts-clés. Elle a notamment réussi trois arrêts successifs tard dans la rencontre, faisant dévier hors de danger une série d’occasions de l’équipe australienne. Sa performance devant le filet a permis à l’unité offensive composée de Steph Norlander, Brie Stairs et Sourisseau de se mettre au travail. Norlander a eu droit à deux occasions formidables en deuxième demie, mais chaque fois, la gardienne australienne, Rachael Lynch a été à la hauteur.

Bonnet sait que son équipe était la négligée en vue de cette rencontre, mais il sait aussi qu’une victoire ou une nulle n’était pas hors de portée. Par ailleurs, le format du tournoi fait en sorte que le Canada doit maintenant obtenir des résultats positifs sans tarder pour avoir des chances d’atteindre les demi-finales. L’entraîneur a indiqué que les joueuses et lui ont analysé leur premier match et en tireront les leçons qui s’imposent en vue du match suivant contre l’Écosse.

« Je trouve que nous avons assez bien joué pour récolter au moins un point, donc en bout de ligne c’est frustrant. Il y a assurément plusieurs éléments positifs à tirer du match de ce soir », a affirmé Bonnet. « Maintenant, le groupe doit se concentrer de nouveau et s’assurer d’être prêt pour le match contre l’Écosse demain. »

Williams sait que le Canada est ici pour rivaliser au plus haut niveau et elle a dit avoir hâte de s’attaquer à la suite des choses.

« Je suis vraiment fière de la façon dont l’équipe s’est battue durant le match d’aujourd’hui. Je pense que nous représentions une valeur un peu inconnue en vue de ce tournoi », a dit Williams. « Mais aujourd’hui, nous avons montré que nous sommes ici pour rivaliser. Il faut faire le bilan et nous préparer en vue du match de demain. »

Toutes les défaites sont d’égale valeur quand on regarde le classement, mais ce revers-ci a montré de belles promesses. Le Canada a dicté le rythme du jeu pendant une bonne partie de la deuxième demie, les joueuses ont créé un bon nombre de bonnes occasions et elles ont obtenu quatre coups de coin de penalty contre deux pour l’Australie. Elles étaient peut-être inconnues avant d’entreprendre la compétition, mais si les Canadiennes continuent de jouer à ce niveau, leur anonymat ne durera pas bien longtemps.