Hockey sur gazon Canada > APERÇU : Dernière chance pour le Canada d'obtenir son billet pour Tokyo

APERÇU : Dernière chance pour le Canada d’obtenir son billet pour Tokyo

Crédit photo : Yan Huckendubler (2016, Jeux olympiques de Rio)

October 23, 2019 | Field Hockey Canada | fieldhockey.ca

LE CANADA REÇOIT L’IRLANDE DANS UNE SÉRIE DE QUALIFICATION OLYMPIQUE DE DEUX MATCHS LES 26 ET 27 OCTOBRE

par Ali Baggott, pour Hockey sur gazon Canada

Chaque olympiade a son apogée et pour l’équipe nationale canadienne masculine, c’est en fin de semaine que ce grand moment aura lieu. La série de deux matchs des 26 et 27 octobre contre l’Irlande, classée 13e au monde, est désormais la seule chose qui sépare le Canada d’une place aux Jeux olympiques Tokyo 2020. Il n’y aura pas de deuxième chance. C’est maintenant que ça se passe.

« L’équipe s’est entraînée très fort ces sept dernières semaines en tant qu’équipe, et les athlètes ont très bien fait dans le but d’être sélectionnés pour cette série, a déclaré l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne Paul Bundy. Le niveau d’énergie a été très bon et l’équipe est fébrile à l’idée de jouer devant une foule partisane. »

UN FORMAT INÉDIT

Quatorze équipes prendront part à ces séries de deux matchs qui auront lieu un peu partout dans le monde, avec à l’enjeu sept places aux Jeux olympiques du mois de juillet prochain. Les équipes doivent l’emporter au total des buts sur l’ensemble des deux matchs disputés en deux jours dans l’espoir de rejoindre les équipes déjà qualifiées, soit le Japon, l’Argentine, l’Afrique du Sud, la Belgique et l’Australie.

Pour le Canada, le seul obstacle qui reste à franchir est l’Irlande.

« Le nouveau format rend les choses intéressantes et étant donné qu’il y a seulement deux matchs, les deux équipes voudront commencer en force, a noté Bundy. L’expérience et le niveau de forme seront des facteurs importants. Nous devrons bien gérer les attaques menaçantes de l’Irlande et nous assurer de bien respecter notre plan de match tout en faisant preuve de discipline et en jouant notre style de hockey.

«Quand tu te rends à ce stade de la qualification olympique, toutes les équipes que tu pourrais possiblement affronter sont bonnes et alignent des joueurs de qualité. Je ne crois pas que le mentalité doit changer selon qui tu affrontes. Il s’agit plus de se concentrer sur l’enjeu qu’il y a à cette étape-ci, c’est-à-dire de mettre la main sur le billet pour Tokyo. »

L’ARMÉE VERTE

Les deux équipes préconisent un style de jeu similaire et le Canada a un avantage de trois places au classement mondial en vertu de son 10e rang. L’Irlande a connu une ascension fulgurante à l’échelle internationale mais le programme a eu des contretemps récemment. Quand les Irlandais ont décroché leur place aux Jeux olympiques Rio 2016, c’était la première fois dans l’histoire du sport qu’une équipe irlandaise, peu importe le sport, se qualifiait pour des Jeux olympiques depuis ceux de 1908 à Londres.

L’Irlande aligne notamment le gardien de but de l’année de la FIH en 2015 Davey Harte et le milieu de terrain Shane O’Donoghue. L’équipe qu’on surnomme l’Armée verte cherchera à rebondir après avoir donné une prestation décevante au championnat continental EuroHockey en août. L’Irlande a fini huitième après avoir glissé jusqu’au dernier rang de son groupe, derrière les Pays de Galles (25e au monde) et l’Écosse (21e). L’Irlande a par ailleurs terminé en deuxième place, derrière la France, aux Finales des Séries de la FIH en dépit du fait qu’elle était considérée comme la favorite, et de loin.

Ces résultats ont mené à un changement d’entraîneur, alors qu’Alistair Cox a cédé sa place à l’entraîneur-chef Mark Tumilty, dont l’embauche a été annoncée en septembre dernier seulement. C’est maintenant un nouveau mois et il y a beaucoup à l’enjeu, donc on ne peut reculer devant ce que l’Irlande est capable de faire.

LE CANADA DE PLUS PRÈS

Le Canada est pas mal dans le même état d’esprit, celui de chercher à rebondir après avoir été incapable de décrocher une place à Tokyo à l’occasion de son championnat continental, les Jeux panaméricains. Le Canada s’est incliné 5-2 contre l’Argentine dans le match pour la médaille d’or après avoir espéré détrôner les champions olympiques en titre.

L’Irlande et le Canada n’ont maintenant d’autre choix que de regarder vers l’avant, et le Canada a bien des raisons d’être optimiste. Le capitaine de l’équipe canadienne Scott Tupper sera un élément-clé dans la quête de succès des Canadiens. Celui qui a pris part aux Jeux olympiques à deux reprises a de longues années de service – il est le joueur qui compte le plus de sélections à l’échelle internationale avec le Canada, soit 306 – et représente la principale menace dans les situations de coup de coin de penalty.

LE POINT DE VUE DES VÉTÉRANS

« Nous avons hâte que la série commence et de pouvoir enfin commencer à jouer », a déclaré Tupper, qui a été le porte-drapeau de la délégation canadienne à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux panaméricains 2019. « Nous avons eu droit à une bonne entrée en matière avec nos entraînements et les joueurs sont tellement fébriles à l’idée de commencer et de jouer devant nos partisans. »

Ça passe ou ça passe, donc, et ce genre de scénario n’est rien de nouveau pour les joueurs canadiens. Toutes les finales panaméricaines ont été des situations où le vainqueur obtenait la qualification, tandis qu’en 2015, une victoire en quarts de finale du troisième tour de la Ligue mondiale s’était avérée le véritable ciment qui avait mené à la concrétisation de leur participation aux Jeux olympiques Rio 2016. Personne ne connaît mieux ce genre de pression que le gardien de but canadien David Carter, dont on se souvient pour ses arrêts étincelants en fusillade dans la victoire contre la Nouvelle-Zélande.

« La pression qu’on ressent dans un contexte de qualification olympique est très particulier, mais nous nous sommes entraînés très fort ces derniers mois afin de nous préparer à affronter l’Irlande », a indiqué Carter, qui a été candidat au titre de gardien de but de l’année de la FIH en 2015. « Tout ce que nous pouvons faire, c’est de nous préparer et d’avoir confiance que nous avons fait tout le travail nécessaire pour bien gérer la pression qui vient non seulement avec le fait que nous disputons une compétition de qualification olympique, mais que nous disputerons aussideux des matchs les plus importants dans l’histoire de notre équipe devant nos amis, nos familles et nos partisans. »

SUIVEZ DE PRÈS OU DE LOIN

Pour les partisans canadiens qui sont loin et qui sont tout près, le match sera plus accessible que jamais. Les résidants du Canada pourront voir la webdiffusion du match en direct àcbcsports.com tandis que la FIH webdiffusera toutes les compétitions de qualification olympique en direct à fih.live.

« Nous jouons rarement à la maison et d’avoir cette opportunité de le faire devant différentes générations de nos anciens joueursainsi que devant nos amis, notre famille, nos pairs et nos coéquipiers représente quelque chose de très spécial et de fondamental pour la croissance de notre sport », a reconnu Bundy.

Ceux et celles qui se rendront auRutledge Field à West Vancouver peuvent acheter des billets en lignetandis qu’on est encore en voie de recruter des bénévolesLes deux matchs commenceront à 14h, heure du Pacifique. Consulter la page de l’événement de qualification olympique pour obtenir plus de détails.