Hockey sur gazon Canada > Les Canadiennes de retour au pays après une victoire historique en Californie

Il y a 18 ans qu’Équipe Canada a vaincu les États-Unis au hockey sur gazon féminin. La semaine dernière à Chula Vista en Californie, les Canadiennes ont mis fin à cette vilaine séquence en remportant deux matchs et en rentrant au pays avec une fiche de 2-1-1 contre l’équipe classée septième au monde.

Seulement deux semaines après être rentrées de leur tournée d’entraînement au Chili ponctuée de quelques matchs internationaux, les membres de l’Équipe nationale féminine ont pris la direction du sud de la Californie. Au menu, un autre camp d’entraînement et quatre matchs contre les Américaines. L’équipe a accumulé une fiche positive au Chili et a poursuivi sur cette lancée aux États-Unis.

Après une semaine d’entraînement, les matchs se sont succédé. Le Canada a remporté le premier de deux matchs dans la série, notamment une brillante remontée victorieuse dans le deuxième match. Les Canadiennes ont perdu le troisième match 2-1 avant de signer un nul de 3-3 dans le dernier match. L’attaquante canadienne Steph Norlander, meilleure buteur de l’équipe lors de cette tournée a déclaré que la nouvelle stratégie collective avec le nouvel entraîneur Giles Bonnet est beaucoup plus agressive. Elle attribue la production accrue de l’équipe en 2018 à cette mentalité offensive.

« Au cours des dernières années, nous avons possiblement fait des choix sécuritaires, nous avons joué la balle vers l’arrière », raconte-t-elle. « Cette année, tout est axé vers l’avant, tout est direct. Cela entraîne plus d’occasions dans le demi-cercle et à plus de buts. »

Norlander, qui joue avec le club KHC Leuven en Belgique, a remarqué le niveau accru de confiance de ses compatriotes, ce qui est évident sur les résultats sur le terrain.

« La façon dont on s’est entraîné et que nous avons joué engendre beaucoup de confiance », raconte Norlander. « Quand nous avons affronté les Américaines, le jeu était complètement différent. Nous n’avions pas peur, nous ne pensions pas au classement. »

L’AVENIR

Bonnet, entraîneur-chef de l’équipe nationale féminine dit être impressionné par la détermination et l’engagement des joueuses à s’adapter à de nouveaux styles et à de nouvelles structures. Il a dit que l’équipe a grandi depuis la tournée au Chili et poursuivra sa croissance d’ici aux Jeux du Commonwealth.

« L’équipe a une magnifique éthique de travail », ajoute Bonnet. « Les joueuses sont ouvertes face à cette occasion, elles ont adopté la nouvelle méthodologie et l’approche. Elles sont extrêmement professionnelles sur le terrain comme à l’extérieur. »

Maintenant que les deux tournées hivernales sont terminées, l’équipe tourne maintenant les yeux vers les Jeux du Commonwealth à Gold Coast du 4 au 15 avril 2018. Les premières sélections seront faites la semaine prochaine et la formation finale devrait être dévoilée le 16 mars. Le personnel d’entraîneurs évalue un grand groupe pour prendre les décisions les plus éclairées possible.

« Nous avons un grand groupe et après les tournées au Chili et aux États-Unis, nous avons pu évaluer et offrir des occasions à l’entraînement et dans les matchs à toutes les joueuses de l’équipe nationale féminine. »

La période de sélection est toujours un moment difficile pour les joueuses et le personnel d’entraîneurs, mais c’est la réalité des équipes nationales. Norlander affirme en vue de cette période de sélection, l’équipe offre beaucoup d’équilibre.

« Nous savons quels sont les enjeux et nous savons que ce sera difficile quand l’équipe sera choisie », estime Norlander. « Toutefois, nous sommes en concurrence les unes avec les autres et nous nous poussons tout en nous nous soutenant les uns et les autres. Nous savons ultimement que tout le monde joue un rôle, peu importe qui est retenue. »

Le printemps dernier l’équipe n’est pas parvenue à franchir la prochaine étape en étant éliminée au terme du Tournoi de R2 de la Ligue mondiale, laissant ainsi filer toute chance d’accéder à la Coupe du Monde de la FIH 2018. Norlander parle de cet événement comme d’un creux dans l’histoire récente de l’équipe et qu’aucune des membres de la formation n’ont l’intention d’expérimenter une telle situation à nouveau.

« Le sentiment l’an dernier d’avoir raté la Coupe du Monde était dévastateur. Je ne veux plus jamais revivre cela. Personne ne le veut. Par contre, nous avons grandi à travers cette adversité et nous en sommes meilleures aujourd’hui. »

Au terme de ses deux tournées préparatoires, les Canadiennes se dirigent vers les Jeux du Commonwealth avec une fiche de 4-1-4. À Gold Coast, elles affronteront l’Australie, l’Écosse, la Nouvelle-Zélande et le Ghana en ronde préliminaire. Surveillez les annonces relatives à la composition de l’équipe et aux aperçus du tournoi dans les semaines à venir.