Hockey sur gazon Canada > USports : UBC affronte York en finale nationale

USports : UBC affronte York en finale nationale

November 6, 2017 | Field Hockey Canada | fieldhockey.ca

Les Championnats nationaux de hockey sur gazon d’U SPORTS se déroulent ce weekend au Wright Field de l’Université de la Colombie-Britannique. Cette finale sera disputée au meilleur de trois matchs entre les Thunderbirds de l’UBC, champions de l’Association Canada West et les Lions de York, championnes de SUO.

LIEU : Wright Field, UBC
HEURE DES MATCHS : VEN–18 h | SAM–17 h | DIM–14 h (si nécessaire, tous les matchs HP)
WEBDIFFUSION : http://sportscanada.tv/usports/
SUIVEZ USPORTS : @usportsca | @usportscanada | @usports_fh

Ce duel oppose deux équipes très différentes. Les Thunderbirds sont en quête d’un septième titre consécutif de la Coupe McCrae tandis que York vise un premier championnat national. Recrue par excellence de SUO, Jasla Stirling est la tête d’affiche des Lions de York qui ont remporté le titre de SUO pour la première fois depuis 1996. Stirling a aussi participé au Camp d’identification junior de Hockey sur gazon Canada (HGC) et malgré le fait qu’elle soit une des joueuses les plus jeunes sur le terrain, elle offre un bon niveau d’expérience au jeu.

Conduisant les troupes chez les Thunderbirds, on retrouve quelques membres de l’équipe nationale junior du Canada qui s’entraînent présentement avec l’équipe nationale senior basée à Vancouver. Rowan Harris, Hannah Eborall et Margaret Pham figurent parmi celles qui s’entraînent avec l’équipe nationale senior. Eborall affirme que l’occasion de profiter de répétitions de haut niveau avec l’équipe nationale a accéléré sa croissance comme athlète.

« Profiter de l’encadrement de qualité des entraîneurs est un aspect qui m’a vraiment aidé », dit-elle. « J’encourage vraiment les joueuses à venir s’installer à Vancouver pour jouer si elles le peuvent. »

Bien que l’équipe de York soit relativement inconnue pour les T-Birds, la joueuse de deuxième année de l’UBC croit que son équipe peut assurer le titre à la maison.
« Nous avons connu une très bonne saison. Nous avons très bien travaillé ensemble », raconte Eborall. « Nous n’avons jamais affronté York auparavant alors la compétition s’annonce intéressante. »

La gardienne partante de l’UBC devrait être Rowan Harris. Elle s’entraîne à temps complet avec l’équipe nationale senior aussi et bien que ce double engagement la garde bien occupée, elle affirme que le jeu en vaut la chandelle.

« Ça me donne un horaire chargé, mais le soutien des deux personnels d’entraîneurs est superbe », indique Harris. « Ils travaillent ensemble pour garantir que nous ne travaillons pas au-delà de ce qui est nécessaire pour que nous offrions le meilleur rendement possible. »
Harris dit qu’elle croit que cette finale universitaire offre beaucoup de valeur pour sa carrière, non seulement pour la compétition sur le terrain, mais aussi en raison des préparatifs nécessaires et de la façon dont elle se comporte dans le contexte.

« Vous apprenez ce niveau supplémentaire de professionnalisme. Vous apprenez ce qu’il faut pour la compétition », dit-elle. « Sans compter que vous avez l’occasion de jouer chaque weekend, ce qui est superbe puisque vous pouvez jouer à la hauteur de votre talent chaque semaine. »

Entraîneur-chef de l’équipe nationale junior et entraîneur adjoint de l’équipe nationale senior, Steph Andrews affirme que la compétition est une belle vitrine pour le hockey sur gazon universitaire au Canada et offre une occasion pour les jeunes athlètes d’accroître leur rôle.

« Le système universitaire offre un environnement quotidien d’entraînement pour les joueuses qui ne sont pas centralisées avec le programme national féminin », raconte-t-elle. « C’est aussi une belle occasion pour les athlètes centralisées de prendre des rôles de leadership dont elles ne profiteraient pas autrement avec l’équipe nationale. »
Alors que la compétition se déroule à Vancouver, Andrews ajoute que c’est une occasion pour toutes les athlètes de démontrer leurs compétences et leur développement, obtenant une reconnaissance des entraîneurs et des joueuses de l’équipe nationale.

« La saison universitaire offre une belle plateforme de compétition pour jouer et performer. Les entraîneurs de l’équipe nationale auront l’occasion de surveiller et de suivre nos progrès », dit-elle.