Hockey sur gazon Canada > Trois Canadiennes franchiront d’importantes étapes en Nouvelle-Zélande

Le cap des 150 matchs internationaux féminins n’a été franchi que par deux joueurs dans l’histoire de l’Équipe nationale de hockey sur gazon du Canada. Si tout se déroule comme prévu, trois autres Canadiennes devraient rejoindre ce club exclusif dans le prochain voyage en Nouvelle-Zélande.

Avec les deux matchs amicaux contre les Blacksticks de la Nouvelle-Zélande ce weekend, suivis par la participation au Tournoi de la Coupe de Hawke’s Bay au mois d’avril, les Canadiennes ont huit matchs au menu. Durant cette séquence, les vétérans Abigail Raye (143), Kate Gillis (143) et Thea Culley (145) franchiront cette impressionnante barre.

C’est une étape d’envergure, mais aucune des trois joueuses ne se concentre sur ce point.

« Nous sommes tellement axées sur l’amélioration de notre rendement collectif depuis [la récente série contre les Américaines] San Diego », indique Culley. « C’est vraiment ce qui est au premier plan de chaque séance d’entraînement. »

« C’est une étape palpitante à franchir. Je ne savais pas que seulement deux joueuses y étaient parvenues auparavant. »

Stephanie Jameson (168) et Laurelee Kopeck (163) sont les deux autres femmes dans l’histoire du hockey sur gazon canadien à avoir franchi le cap des 150 matchs. Le fait que Raye, Gillis et Culley se joignent au groupe est un autre signe de la vitalité du programme national féminin.

« Je crois tout au long de ma carrière, de bâtir sur ces étapes nous avons franchi un gros bout de chemin », affirme Gillis, capitaine de la formation depuis quelques années. « Je crois que c’est ce qu’il y a de plus important. Ce n’est pas le nombre de matchs individuels, mais plutôt le progrès réalisé et combien il est important pour nous de rester soudées dans ce processus pour retourner aux Jeux olympiques. »

Avec l’objectif d’équipe de qualification pour la Coupe du Monde de 2018 et les Jeux olympiques de 2020, un group clé d’athlètes engagées à passer au travers, il est concevable que le trio d’athlètes soit au sommet de la liste de tous les temps de l’équipe canadienne pour le nombre de matchs joués, et ce, dès l’an prochain. Leur nombre ne fera que grandir alors que d’autres membres actuelles de l’équipe viendront les rejoindre.

Le défenseur Sara McManus devrait franchir le cap des 100 matchs en Nouvelle-Zélande, rejoignant ainsi Raye, Gillis, Culley, Hannah Haughn, qui est récemment devenue la plus jeune centenaire de l’équipe canadienne, puis Danielle Hennig (107), pour former ce groupe de six joueuses actives de l’Équipe nationale féminine à avoir réussi ce fait d’armes.

Pour ce groupe, tout n’est pas une question d’étapes individuelles. L’accent est davantage sur l’amélioration et la réalisation de succès tangible sur le terrain. C’est quelque chose que l’équipe a fait l’an dernier aux Jeux panaméricains 2015 en remportant une médaille de bronze, une première pour les Canadiennes en 16 ans à ces Jeux.

Cela est un fait saillant à la fois pour Culley et Gillis.

« C’était tellement spécial pour nous », Gillis. « Il y a aussi mon 100e match international ou nous avons fait match nul contre l’Angleterre, ce qui était un superbe résultat pour nous. »

À travers tout cela, de partager ces étapes et les succès sur le terrain avec leurs coéquipières est ce qui leur importe le plus.

« Ce sont les filles au sein de l’équipe qui donnent de la valeur à notre sport et nous donnent le goût de continuer », ajoute Culley. « C’est bon de pouvoir célébrer cela avec les personnes avec qui tu joues depuis huit ou neuf ans. »

L’Équipe nationale féminine du Canada affrontera les Blacksticks dans deux matchs préparatoires les 27 et 28 mars avant d’entamer leur parcours au Tournoi de la Coupe de Hawke’s Bay, le 2 avril contre la Corée du Sud.

Suivez Hockey sur Gazon Canada sur Facebook, Twitter et Instagram pour les mises à jour.